Mesopotamia: Inventing Our World at the ROM

Do you know where writing, agriculture, mathematics, astronomy, wheel or craft beer come from? As well as literature, calendar and trade? All these inventions are widely credited to ancient civilisations that settled in a region called “Mesopotamia” (from the Greek “{country} between the rivers”), a geographic area including roughly Iraq, north-western Syria and south east Turkey. Imagine that this area is only worth half of Ontario!

These civilisations that evolved there during 3 thousands years before our era are much more closer to our current civilisations than we could think, and their achievements are still influencing us in our everyday life.

This is what we learn at the exhibit “Mesopotamia or the invention of our world” on display at the ROM since end of June and until January 5th, 2014. The Royal Ontario Museum is the sole Canadian venue during its international tour.

The exhibition begins with several innovations that we still use today, then leads us to discover over 170 priceless artefacts from 3 civilisations, most of which have never been seen in Canada: Sumer, Assyria and Babylon.
Each civilization is highlighted by remarkable objects: the Ram in the Thicket, the Gudea of Lagash and the Dying lion wall-panel relief. Digital animations of reliefs give birth to the stories they tell us.

Eventually it is through small every day objects that we feel a strong cultural proximity; early administrative tablets showing commercial exchanges – in particular, those of beers!, school tablets with the original from the teacher on one side and the clumsy try of the student on the other one, or the evolution of true writing, from graphic representations to cuneiform writing found on clay tablets…

Another exciting component of the exhibition is the 3D fly-through of Babylon; arriving in the Babylon civilisation area, the visitor is carried to this magnificent town. Let’s sit for few minutes on the bench; still numerous pieces are to be discovered. No visit of the hanging gardens though… We learn that traces of this famous Wonder of the World still cannot be found.

An area of improvement could be the timeline and chronology. We are going through the 3 rooms without realizing they represent a 3000 year period, which is crucial though. Imagine an exhibition in 1000 years grouping together Romanians, Medieval Europe and our current civilization!

“Mesopotamia or the invention of our world” ends with a look at the devastation wrought by years of nationwide looting during the war in Iraq, particularly the 2003 plunder of Baghdad’s Iraq Museum and the catastrophic impact on Iraq’s archaeological and cultural heritage. These losses are critical for our understanding of these pluri-millennials civilisations, which have been discovered only 150 years ago…

Savez-vous à qui nous devons l’écriture, l’agriculture, les mathématiques, l’astronomie, la roue, ou bien encore la bière artisanale? Ajoutons la littérature, le calendrier, le commerce? Toutes ces inventions nous viennent de civilisations anciennes qui occupèrent une région nommée “Mésopotamie” (du grec “[pays] d’entre les fleuves”), une zone géographique comprenant grossièrement l’Irak, le nord-est de la Syrie et le sud-est de la Turquie. Imaginez que cet espace ne représente que la moitié de l’Ontario actuel!

Les civilisations qui s’y succédèrent pendant les 3 millénaires avant notre ère sont finalement beaucoup plus proches de nos civilisations actuelles que ce que nous pourrions penser, et leur influence reste omniprésente dans notre vie quotidienne.

C’est ce que nous apprend l’exposition “La Mésopotamie ou l’invention de notre monde”, présentée par le ROM depuis fin juin et jusqu’au 5 janvier 2014. Le ROM est l’unique étape canadienne de cette exposition qui va faire le tour du monde pendant plusieurs années.

Celle-ci s’ouvre sur quelques innovations que nous utilisons encore de nos jours, pour ensuite nous inviter à découvrir près de 170 artefacts uniques – dont la plupart sont exposés au Canada pour la 1ère fois, appartenant à 3 civilisations: les Sumériens, les Assyriens et les Babyloniens.
On découvre chaque civilisation au travers de magnifiques pièces : le Grand Belier d’Ur en or des sumériens, la statue de Gudea le Bâtisseur, ou encore le bas relief du Lion à l’agonie – mais aussi par d’intéressantes “animations digitales” de bas relief (ce qui donne véritablement vie à l’histoire qu’ils racontent) ou encore des vidéos de chercheurs.

Mais c’est au travers de petits objets du quotidien que la proximité culturelle s’avère finalement la plus forte. Les tablettes administratives relatant les échanges commerciaux – notamment de bière!, les tablettes des professeurs d’écriture avec l’original d’un côté et le travail maladroit de l’élève au dos, ou encore l’évolution de l’écriture au fur et à mesure des siècles, passant de représentations graphiques des objets à une écriture cunéiforme plus évoluée … On s’imagine à côté des personnes qui ont gravé ces ‘lettres’ dans l’argile il y a près de 5000 ans. Surprenante proximité.

Autre élément fort de cette exposition, la visite de Babylone. Virtuelle, Tridimensionnelle, au plafond. On est littéralement plongé dans cette ville majesteuse en arrivant dans la salle réservée aux Babyloniens. Faites une petite pause sur le banc, c’est mérité, il vous reste encore de très belles oeuvres à découvrir. Pas de visite des jardins suspendus par contre… On y apprend que les vestiges de cette fameuse Merveille du Monde restent introuvables pour le moment.

Une chose qui pourrait être améliorée à mon avis: la chronologie et les repères dans le temps. On jongle dans les 3 salles sur une période de près de 3000 ans, sans vraiment s’en rendre compte, ou sans qu’on insiste sur ce point, qui est capital tout de même. Imaginez une exposition dans 1000 ans, regroupant les Romains, l’Europe médiévale et notre civilisation actuelle, sans repère chronologique!

Cette exposition s’achève sur une note effrayante au sujet de ces oeuvres qui traversent les millénaires jusqu’à nous… Les guerres et conflits qui agitent cette region du monde depuis l’arrivée des américains en Irak en 2003 ont des effets terribles sur la sauvegarde, l’entretien et les fouilles des sites historiques. Pillages et destructions entrainent la disparition de témoignages inestimables sur cette civilisation, dont il reste tant à decouvrir. Imaginez que la civilisation sumérienne n’a été decouverte qu’il y à 150 ans!

Article by Damien Lemaitre

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s

%d bloggers like this: